France News

Bourdin : Pécresse maintient, sous conditions, sa présence sur BFMTV mardi



Pour l’équipe Pécresse, c’est la tuile. La révélation du dépôt d’une plainte pour « agression sexuelle » contre le journaliste Jean-Jacques Bourdin intervient alors que la candidate des Républicains inaugure ce mardi à 20 h 50 sur BFMTV une nouvelle émission intitulée La France dans les yeux depuis Uzerche en Corrèze, terre dont elle est familière. Un programme maintenu par la direction de la chaîne info, avec le présentateur aux commandes, et qui n’est pas sans poser question à l’entourage de la présidente de la région Île-de-France, très engagée sur la question des violences faites aux femmes.

« Ce n’est pas bon, pas bon du tout », concède l’un de ses fidèles, alors que l’émission doit lui permettre d’entamer un dialogue avec un panel d’une cinquantaine de Français et de « fendre un peu l’armure ». « C’est là où elle est la meilleure et où elle a le plus à gagner », juge-t-on dans son camp. « Dans un premier temps, il fallait qu’elle accélère sur les mesures pour ensuite verser plus sur sa personnalité », confiait un sénateur LR en amont de ce rendez-vous.

À LIRE AUSSIComment Valérie Pécresse compte faire décoller sa campagne

Cela tombe d’autant plus mal pour le camp Pécresse que la candidate avait déjà vu une de ses participations annulée sur BFMTV le 15 décembre, en raison de la longue interview accordée par Emmanuel Macron au groupe concurrent TF1-LCI. Or, contexte sanitaire oblige avec le variant Omicron du coronavirus, cette élection présidentielle se jouera plus que jamais dans les médias et sur les chaînes d’information en continu.

À LIRE AUSSIPrésidentielle : en plein Covid-19, faut-il interdire les meetings ?

« Nous en prenons acte à ce stade »

À l’origine d’une tribune dans Le Monde contre les violences conjugales, Valérie Pécresse a mis en garde la chaîne. « Si on se réfère aux histoires récentes, ce genre de mèche allumée est difficilement gérable, d’autant plus dans un contexte de visibilité préélectorale aussi intense », constate un proche soutien. Le risque pour la première femme candidate de l’histoire du parti gaulliste ? Donner le sentiment de cautionner des comportements qui, sous réserve de la présomption d’innocence et s’ils étaient avérés, pourraient tomber sous le coup de la loi.

« Nous ne minimisons pas cette accusation ni ne lui donnons une dimension disproportionnée », a pour sa part estimé le directeur général de BFMTV, Marc-Olivier Fogiel, dans un entretien accordé au Parisien. « À ce stade, rien ne nous conduit à modifier les choses à l’antenne. Nous ne devons céder à aucune pression. Nous ne sommes pas des auxiliaires de justice. Au parquet d’analyser la plainte », a-t-il relevé tandis qu’une enquête interne a été diligentée au sein d’Altice Media, groupe qui chapeaute la chaîne d’information en continu.

Côté Pécresse, on maintient à ce stade la participation de la candidate sous conditions, en restant sur le qui-vive dans l’hypothèse de nouveaux développements d’ici mardi soir. « BFM nous a informés qu’elle avait diligenté une enquête interne à la suite des accusations de tentative d’agression sexuelle portées contre Jean-Jacques Bourdin, que celui-ci conteste formellement et que pour le moment elle n’avait recueilli aucun élément de nature à les étayer. Au nom de la présomption d’innocence, BFM a décidé de maintenir l’émission et son intervieweur », indique le QG de campagne de LR. « Nous en prenons acte à ce stade, sous réserve d’éléments nouveaux corroborant ces accusations, auquel cas la participation de Valérie Pécresse à cette émission serait clairement posée. »

À LIRE AUSSIAlain Minc : « Pourquoi je voterai Pécresse »



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
Translate »

Adblock Detected

Please unblock the ad blocker.